CLUB DE TIR DE SAINT GEORGES SUR CHER

CLUB DE TIR DE SAINT  GEORGES SUR CHER

Hausse du Springfield 1903

Pour faire suite à une longue conversation sur les pas voici une petite mise au point concernant la hausse du SPRINGFIELD 1903:

L'arme définitive fut adoptée en 1903 sous le nom d'US Rifle model 1903, ou plus communément : Springfield 1903.

Suite à l'intervention du Président Roosevelt on décidât d'éliminer la baïonnette aiguille qui servait en même temps de baguette de nettoyage pour la remplacer par la baïonnette couteau très classique. Le fusil sous sa forme définitive, fut adopté sous le nom de model 1903 alt. 1905. Ont doit mentionner deux transformations minimes qui furent effectués en 1906 sur toutes les armes sans exception, à la suite de l'adoption de la balle légère (9.7 gr model 1906, noyau de plomb recouvert de cupro nickel) pointue en remplacement de la lourde balle du  Krag-Jorgensen, sertie sur une nouvelle cartouche. La hausse fut modifiée en conséquence des nouvelles propriétés balistiques.

Cette hausse à été utilisée sans modification depuis 1906.Elle est certainement la hausse la plus élaborée montée sur un fusil de guerre, et pour une bonne part, responsable de la réputation de la remarquable précision de cette arme pour le tir à la cible jusqu'à la distance de 1000 mètres et plus.

Chaque avantage à ses défauts et il ne faut pas aller trop loin dans la complication. La hausse du Springfield , conçue en temps de paix par des perfectionnistes du tir à la cible, est en définitive bien trop compliquée pour son usage au combat. La hausse est du type à planchette relevable à curseur à 3 crans de mire en « U » et un œilleton, à compensation automatique de dérive et à réglage en direction  par vis micrométrique.


 

Lorsque la planchette est rabattue vers l'avant un cran de mire en « U » très peu profond apparait, fraisé dans un renfort du curseur .Ce cran constitue la HAUSSE DE COMBAT, conjugué avec la hauteur du guidon, il donne l'impact du projectile à 547 yards et permet le tir de combat pour toutes les distances inférieures à 600 mètres en découvrant l'objectif.

Pour le tir de précision sur cible exactement repérée entre les distances de 100 et 2850 yards, il faut relever la planchette à la verticale ; un œilleton et trois crans de mire en « U » s'offrent alors au choix du tireur. Le cran de mire à la base du triangle sert de réglage des portées de 100 à 2450 yards .On peut également utiliser au choix le dioptre, à condition de placer son repère en face de la graduation correspondant à la portée estimée. Le cran de mire placé sur le curseur sert pour les portées comprises entre 1400 et 2750 yards. La portée extrême de 2850 yards est obtenue en utilisant le 4éme cran de mire entaillé à l »extrémité supérieure de la planchette. Les bords droits et gauches de la planchette sont taillés en biseau de façon à déplacer les crans de mire vers la gauche au fur et à mesure que l'on déplace le curseur vers le haut de la planchette, c'est-à-dire vers les distances extrêmes. Ce fait compense automatiquement la dérive du projectile qui se fait vers la droite du plan de tir  en raison de la direction à droite des rayures.

Pour le réglage en portée, chaque cran indique en général une différence de 25 yards. Le bouton moleté situé sur la droite  à l'extrémité de la base de la hausse sert à faire mouvoir cette dernière vers la droite ou vers la gauche .Un vernier divisé en « points » est visible à l'extrémité  arrière de la base de la hausse, une correction d'un point correspond à une différence à droite ou à gauche de 4 pouces tous les 100 yards. Il n'y a pas de dispositif de blocage de ce système   de réglage qui peut se dérégler si l'on tourne par inadvertance le bouton moleté. Si une telle hausse permet sans doute un réglage extrêmement fin pour un tir de compétition sur des cibles dont la distance est parfaitement connue, il faut bien avouer qu'elle est peu commode au combat : relevée, a planchette est fragile et risque de se dérégler ou même de se fausser. Baissée, pour l'utilisation du cran de combat, on s'aperçoit que ce cran de mire trop peu profond est difficilement visible et ne permet pas un alignement facile avec une lame de guidon trop mince (0.05 inch).

 

Le corps des Marines, renommé pour ses tireurs d'élite, fit remplacer le guidon par une lame de 0.1 pouce d'une hauteur plus grande, ce qui donnait une hausse de combat à 250 yards bien plus raisonnable dans des conditions usuelles du combat. De plus ,il supprimèrent le cran de mire en « U » au dessus de l'œilleton en bouchant l'ouverture en triangle et ne conservèrent que le dioptre qu'ils élargirent au diamètre de 2.5 mm afin de le mettre en rapport avec le nouveau guidon .Le système de visée ,tout en restant encore compliqué était amélioré dans de grandes proportions.

Une amélioration plus substantielle   eut lieu en 1942 ,lors de la seconde production de masse du Springfield, avec le modèle 1903-A3 sur lequel on supprima purement et simplement la hausse de 1905 pour la remplacer par une hausse à dioptre  très compacte ,placée à l'arrière du boitier de culasse ,réglage en dérive par tambour micrométrique et variable en hauteur par une rampe graduée .

Enfin 26000 fusils furent des 1903-A4 destinés aux tireurs d'élite. Ce dernier modèle n'était pas autre chose qu'un fusil 1903 ou 1903-A3 sur lequel on avait supprimé la hausse et guidon et muni d'une lunette de grossissement 2.5 de marque WEAVER  Ml 330C ou LYMAN « Alaskan »,

PS : Afin de hâter la production, certains canons de ces fusils n'avait reçu que deux rayures au lieu des quatre habituelles (un tour sur 254 mm). Ce fait ne semble pas avoir altéré d'une façon significative la précision que l'on se plairait à reconnaître aux Springfield d'avant guerre.


Il peut y avoir une suite ,si vous le désirez.............j'adore cette arme.

Jacques


 



23/12/2008
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 266 autres membres