CLUB DE TIR DE SAINT GEORGES SUR CHER

CLUB DE TIR DE SAINT  GEORGES SUR CHER

RECHARGEMENT DE LA 6PPC

Note sur le rechargement de la 6 PPC neck 262.

 

 

Cet article n’a pas pour but de vous apprendre à recharger les cartouches de 6 PPC, mais seulement de prendre bonne notes de nos divers essais lors de nos compétitions et surtout d’éviter  les erreurs que nous avons faites à notre début.

Nous avons maintenant effectué cinq matches complets, soit environ 200 à 250 coups tirés par match avec ou sans warm up. Quand je dis nous ; Je parle bien sûr en mon nom et en celui de mon collègue et ami Christian.

P1010366.JPG_DSC4136.JPG

Pour information, pour tirer une série de 5 coups il est impératif d’effectuer 1 ou éventuellement 2 tirs de flambage et en fonction des conditions atmosphériques, un ou deux tirs de contrôle et s’il y à du vent il faut aussi trouver des conditions favorables et  là encore effectuer des tirs de vérification, en règle générale nous partons sur une moyenne de 10 coups tirés pour prévoir l’approvisionnement en poudre et en amorce et autre fournitures.

 

Nous partons en match avec environ 20 à 25 étuis parfaitement sélectionnés et parfaitement formatés à chaque canon, dés qu’un étui montre des signes de fatigue il est supprimé du lot .Certain tireur finisse la saison avec 10 étuis seulement.

Nous rechargeons nos cartouches tirées, sur place, après chaque fin de série.

Maintenant nous utilisons presque tous des étuis de 220 russian formatés au 6PPC, après une sélection rigoureuse en taille, poids et forme. D’autres tireurs utilisent aussi des étuis Norma 6 PPC USA, la qualité de ces douilles est excellentes mais ont le défaut de s’allonger un peu, il est donc nécessaire de les contrôler au trimmer de temps en temps.

Les étuis venant d’être tirés, la première opération consiste à effectuer un nettoyage manuel du corps et du collet avec soit, une paille de fer extra fine ou un chiffon spécial imbibé d’un produit décapant.

La deuxième opération sera le graissage de l’étui sur le corps pour reformer légèrement celui-ci en fonction du gonflement, cette opération s’effectue avec une mini presse et un calibreur spécial WILSON, le réglage se fait avec des clinquants que l’on ajoute ou retire suivant le gonflement de l’étui. Il est impératif que le verrou de culasse se ferme sans jeu et sans effort !!!!

La 3éme opération est le calibrage du collet avec l’outil L.E.WILSON comportant le bushing, celui-ci est variable entre la cote .257 à .258, le 257.5 est parfait pour mes canons.

Avec le même outil, et en le retournant simplement l’on effectue également le désamorçage.

La 4 éme opération sera le nettoyage complet du puits d’amorce et du trou d’évent avec l’outil spécial.

A partir de cette opération l’on pratique le nettoyage et un dégraissage complet de l’étui avec une lingette légèrement imbibée d’alcool à bruler. 

Après ces opérations l’on pratique le réamorçage avec des amorces BR Fédérale 205 M et avec l’outil à main bien spécifique.

Maintenant il s’agit d’effectuer une opération délicate concernant la sélection et le dosage de la poudre. Pour le type de poudre en général la Vitha N133 est la poudre courante la plus utilisée, mais certains tireurs préfèrent la Hogton H322 ou la Norma R201, certains canons acceptent mieux l’une que l’autre !!

P1010246 (2).jpg

Concernant la charge, celle-ci peut varier de 27 à 30 grains, mais il est conseillé par les experts de bien rechercher la charge idéale pouvant varier en fonction des canons en obtenant le meilleur groupement et de ne plus y déroger. Il est donc important de bien mesurer et de peser votre charge idéale au dixième de grain. Pour cela deux techniques sont possible ; soit préparer ses charges tranquillement chez soi en les pesant sur une balance de précision et de les stocker pour les matchs ou simplement s’équiper d’une doseuse de précision HARREL BR et de contre peser les  charges distribuées avec une balance de précision digitale et d’apporter les modifications si nécessaire.

Maintenant certains matcheurs utilisent directement la doseuse égreneuse de haute précision de type Hornady alimenté sur batterie et ainsi pouvoir ajuster leur chargement en fonction des paramètres de tir.

Une fois la charge bien définie reste à déterminer le type de projectile dite « pointe » et de la siéger à la bonne profondeur, et pour cela nous utilisons également un outil à réglage micrométrique de type LE WILSON avec la mini presse.

Personnellement j’utilise en "compet".. des pointes Berger ,BR Column , 24707 ,BC .277 de 64.25 grains avec le canon léger de 1.750 kg de 22 inchs  ou la Berger FB Target ,24711 ,BC .280 de 68.00 grains avec le canon lourd de 2.550 kg en 20 inchs .

Pour l'instant les essais se poursuivent avec 28.5 /29  grains de poudre N133 ou R201, j'ai constaté que la poudre Norma R201 avait de meilleurs résultats par temps humide !! la N133 est un peu plus seiche et provoque une détonation plus vive. J'ai a l'essai pour l 'entrainement actuellement une poudre suisse de type RS40 , avec des pointes Bart's de 68 grains BT, toujours en contact léger des rayures .

 Bien sûr ,les pointes de 66 grains de fabrication manuelle italienne et autrichienne restent sur les pas tir les préférées des champions ,mais approvisionnement difficile.

En conclusion , et jusqu'à maintenant j'utilise des pointes GROS de 66 grains BT avec 28.5 grains de H322  Hodgdon dans les deux carabines LV et HV cela fonctionne très bien .

 

 A suivre , Jacques.

 

 

 



24/03/2015
7 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 200 autres membres